Le Planning Familial se dote de nouveaux statuts

Plus de 50 ans d’histoire depuis la « Famille Heureuse : Mouvement Luxembourgeois pour le Planning Familial » fondée en 1965

Le Planning Familial est fière d'annoncer qu'elle dispose de nouveaux statuts. Approuvés par l’assemblée générale extraordinaire du 18 septembre 2019, ils ont été homologués par le Tribunal Civil le 8 janvier 2020. Nos anciens statuts remontaient à 1965 ; il était donc plus que temps de les moderniser afin qu'ils collent au mieux au monde dans lequel notre asbl évolue. Un seul changement était intervenu en plus de 50 ans ; En 1979, l’asbl laissait derrière elle « La Famille Heureuse » pour ajouter à sa raison sociale « l’Education Sexuelle » dans la droite ligne du vote en 1978 de la 1ère loi sur l’interruption volontaire de grossesse et l’information sexuelle. Pour cette refonte complète de ses statuts, l’institution adopte son nom d’usage ; le "Mouvement luxembourgeois pour le Planning Familial et l'Education Sexuelle devient le " Planning Familial, tout simplement, un nom largement utilisé, populaire, simple et ouvert que nous avons donc juste légalisé. 

Mais là n'est pas le plus grand changement de ces statuts. Notre objet social méritait un sacré coup de jeune. Dans l'article 2 des statuts de 1965, il était question de "l'harmonie des couples", de "stabilité du foyer" ou encore "d'époux". Nos statuts avaient notamment pour but de "favoriser la natalité" ou encore "d'assurer l'harmonie et la stabilité du foyer".  Autres temps, autres mœurs. La famille nucléaire n'est plus un absolu de société. Le monde a évolué, des nouvelles thématiques ont éclos. Le Planning Familial est déjà depuis bien longtemps un endroit ouvert à toutes et tous. Nos statuts le stipulent désormais clairement. Selon l’article 3 de nos nouveaux statuts, l'asbl a désormais les objectifs suivants : 

a) Défendre les droits des personnes à faire, en matière de sexualité et de reproduction, des choix personnels et informés, responsables, libres de toute forme de coercition et de violence, fondés sur l'égalité, le respect, la dignité et l'intégrité physique ;

b) Plaider pour que chacune et chacun disposent des moyens pour exercer ses choix en matière de vie affective, sexuelle et reproductive ;

c) Mettre à disposition des personnes des moyens pour exercer leurs choix en matière de vie affective, sexuelle et reproductive ;

d) Faciliter l’accès à l’information, l’éducation et les services de santé affective, sexuelle et reproductive ;

e) Assurer et développer l'éducation sexuelle, reproductive et affective en tant que droit humain fondamental ;

f) Accueillir chaque personne sans discrimination, ni stigmatisation aucune, et notamment sans distinction fondée sur les nationalité, origine ethnique, âge, état civil, sexe, sexualité, identité de genre, orientation sexuelle, caractères sexués, genre, handicap, état de santé, religion, conviction philosophique et politique, situation financière, légale et sociale.

Enfin, nous avons décidé et acté lors d'un conseil d'administration de clamer que nous étions une association féministe. Nos combats récents et nos prises de positions publiques en avaient déjà fait la preuve. Nos statuts le corroborent.

"L'association définit le féminisme comme une attitude politique, philosophique et sociale, fondée sur l’égalité des sexes (égalité femmes hommes dans les mentalités et dans les faits) et qui a pour objectif : la défense des intérêts des femmes dans la société,  l’amélioration et l’extension de leurs droits en vue d’égaliser leurs statuts avec celui des hommes, la fin de l’oppression et des discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien et leur émancipation leur permettant de reprendre du pouvoir sur ler existence", peut-on lire dans l'article 4 de nos nouveaux statuts. 

Fichier(s) à télécharger